Les bols tibétains

Histoire

Les bols chantants sont originaires de la région de l’Himalaya et sont réputés mondialement.

On fait remonter l’origine des bols chantants en Asie à au moins 3000 ans avant JC. Il se peut aussi que l’origine de ces bols remonte à l’âge de bronze car venus d’Extrême–Orient, via la Mongolie, ils auraient été introduits au Tibet par des forgerons nomades adeptes du chamanisme.

Les chamans issus du Bön, les Bönpo, ont utilisé les bols à partir du VIIème siècle au Tibet. Le Bön est actuellement minoritaire car supplanté depuis longtemps par le bouddhisme. Le Dalaï Lama l’a toutefois reconnu comme étant la cinquième école religieuse tibétaine (aux côtés de celle du bouddhisme) en 1987.

On possède en fait très peu de renseignements sur l’usage des bols tibétains dans l’histoire.

On peut penser tout de même qu’ils ne servaient pas seulement à l’usage alimentaire et l’on peut peut-être avancer que dans les lamaseries, les moines préféraient garder le secret de l’usage des bols. Alexandra David Neel elle-même soupçonnait que les bols ne pouvaient pas ne servir qu’aux offrandes. Les moines interrogés expliquaient alors que les offrandes déposées dans des bols aux harmoniques riches étaient plus agréables aux dieux.

Ils sont actuellement fabriqués au Népal, en Inde, au Bhoutan et au Tibet.

Je vous invite à regarder la vidéo d’Artisans du Népal sur le processus fascinant de la fabrication des bols!

Compositions et concordances

Les bols tibétains sont composés traditionnellement de sept métaux :

L’or, l’argent, le fer, le mercure, l’étain, le cuivre, et le plomb.

Ces sept métaux sont eux-mêmes associés à sept astres du système solaire.

Le soleil pour l’or, la lune pour l’argent, Mars pour le fer, Mercure pour le mercure, Jupiter pour l’étain, Vénus pour le cuivre, et Saturne pour le plomb.

Ces astres sont eux-mêmes associés aux sept jours de la semaine.

Il y a aussi une correspondance entre les chakras, les notes et la sonorité.

tableau-chakras-couleurs

Chakra  qui signifie roue ou disque, en sanskrit est le nom  traditionnellement donné à des objets ayant la forme d’un disque, parmi lesquels le soleil. Le terme est aujourd’hui plus connu pour désigner des « centres spirituels » ou « points de jonction de canaux d’énergie » (les nadis) issus de la conception de la Kundalini Yoga et qui pourraient être localisés dans le corps humain. Selon cette conception, il y aurait sept chakras principaux et des milliers de chakras secondaires. On trouve ce concept dans certains Upanishads, textes sacrés  et plus particulièrement dans la Yoga Chadamani Upanishad et la Yoga Shikha Upanishad (composées entre le VIIème siècke av. J.-C. et le Xème siècle)

Les chakras sont les 7 centres d’énergie principaux dans le corps qui courent le long de la colonne vertébrale. Ils s’étendent de la base de la colonne vertébrale vers le cerveau. Les chakras sont le centre de contrôle pour le flux d’énergie dans le corps et toute l’énergie entrant dans le corps. Ils relient le corps physique pour les champs d’énergie subtile autour du corps et témoignent de l’activité émotionnelle, mentale et spirituelle. Les chakras sont reliés au corps physique par le biais de la colonne vertébrale.

Il y a trois canaux d’énergie primaire dans le corps. Le canal central de l’énergie, la Sushumna, s’étend le long de la colonne vertébrale. Deux autres canaux, l’Ida (énergie féminine) et Pingala (énergie masculine) s’entrelacent le long de la Sushumna. Les chakras sont créés où ces deux canaux traversent la Sushumna. Excès ou carences dans chaque chakra indiqueront où le corps est en déséquilibre. Ces déséquilibres peuvent se manifester sous la forme de douleurs physiques, de maladie, ou de déséquilibre émotionnel comme l’anxiété ou une dépendance.

C’est ainsi que les bols tibétains sont parfois utilisés pour harmoniser les chakras entre eux en faisant sonner les bols au niveau des principaux chakras ou roue d’énergie de bas vers le haut.

Diverses utilisations

Les diverses utilisations des bols tibétains sont :

  • Bol à offrandes : les bols chantants sont présents dans de nombreux temples au Népal ainsi que dans les rares lamaseries tibétaines qui n’ont pas été détruites ou pillées par les Chinois.
  • Écuelle alimentaire : les femmes enceintes, au Tibet, mangeaient dans ces bols.
    Comme on a noté, en Europe, que l’utilisation de plats et de casseroles en fonte apportait une supplémentation alimentaire en fer, de même peut-on supposer que l’apport des différents métaux dont sont composés les bols permettait de renforcer l’équilibre en minéraux.
  • Ustensile médical : les lamas-médecins utilisent les bols comme outil de diagnostic aussi bien que thérapeutique. Ils font résonner les bols, posés sur les parties du corps à traiter, pour rétablir l’harmonie.
  • De nos jours des sono-thérapeutes se voient ouvrir les portes des hôpitaux pour soulager les douleurs chroniques les plus pénibles.
  • Instrument de méditation.
  • Instrument d’accompagnement spirituel : les 7 métaux employés correspondant aux 7 chakras, les bols sont ainsi utilisés pour ouvrir et équilibrer les chakras.
  • Instrument musical à part entière donnant lieu à des concerts et enregistrements.
  • Instrument à usage de détente et relaxation lors de massages sonores de bien-être.